vendredi 18 mai 2018

Concilier maternité et entreprise : mission impossible ?

J'avoue que ça fait quelques temps que cet article me trotte dans la tête. J'avais prévu de m'occuper de la partie administrative de mon entreprise ce soir, mais je viens de lire l'article de ma copine Manon Mon désir d'enfant et l'entreprenariat. J'ai envie de réagir, pas forcément comme une réponse directe mais plutôt comme un point de vue assez différent sur le sujet de la maternité et de la micro-entreprise.
Je précise que ce que je vais expliquer est ma façon de voir, après plusieurs années de cheminement, que je ne veux juger personne et que j'espère également que ça ne vous blessera pas. Par contre, je serai ravie d'échanger avec vous dans les commentaires si certaines choses vous font réagir ! :)


Avant d'aborder le sujet de la conciliation des enfants/d'une famille et d'une entreprise, je vais peut-être rapidement brosser le tableau de base : Loïs, 28 ans, mariée depuis 6 ans, j'ai créé mon entreprise il y a 5 ans, nous avons eu Nathan qui a maintenant 3 ans et Albane qui a 15 mois. Depuis que je suis ado, j'ai su que je voulais des enfants, et je suis reconnaissante qu'on ait pu fonder notre petite famille.

Il s'est passé deux années complètes entre le début de mon entreprise Les Bijoux de Loïs et l'arrivée de notre premier enfant. J'ai par conséquent eu le temps de lancer ma communication, de publier de nombreux articles sur mon blog, d'expérimenter des techniques diverses de création. Je suis maman et entrepreneur mais ce n'est pas une reconversion suite à la maternité. J'ai donc connu l'avant-enfants et l'après-enfants.


En soi, on ne serait pas contre avoir d'autres enfants, mais je ne me sentais pas vraiment pouvoir gérer tout à la fois : entreprise, enfants, mari, et nos autres précieuses relations. Vous connaissez ce sentiment de tout vouloir faire à la fois, mais de le faire à moitié ? Ces derniers temps, j'ai beaucoup réfléchi et je me suis remise en question (oui, encore, c'est une habitude récurrente chez moi).

J'ai beaucoup investi financièrement mais surtout moralement dans mon entreprise, j'y ai passé des heures et des heures, j'ai travaillé dur et tard, je me suis impliquée à fond. Je suis fière de ce que j'ai accompli, d'avoir rendu des clientes heureuses, d'avoir trouvé des collègues entrepreneurs qui sont devenues mes amis, d'avoir perfectionné mes techniques. Et ce pourquoi j'aime ce métier, même si je change mon regard sur lui, c'est que je peux être autre chose que mère et épouse, créer quelque chose de très différent, changer d'univers.
Mais quelque part, je sais que je ne pourrai pas avoir des enfants toute ma vie, que quand ils sont petits ça passe très vite, et que c'est certainement dans la petite enfance qu'ils ont un besoin accru de ma présence.
Et à la fois, je me dis que je n'ai pas envie d'arrêter mon entreprise, parce que même si j'adore mes enfants et mon mari, j'ai besoin d'avoir d'autres projets. J'ai par contre envie de concilier les deux, mais d'une manière qui me convienne.

En fait j'ai en tête cette maman idéale, qui a fait de magnifiques enfants, qui a une superbe maison bien rangée digne de Pinterest, qui passe de merveilleux moments paisibles avec sa progéniture et cuisine de bons petits plats pour toute la famille. Sans oublier d'avoir du temps de qualité avec son mari, de sortir dans le dernier resto huppé et de boire un verre avec les copines. Et par dessus ça, cette maman idéale gère son entreprise d'une main de maître, est connue dans toute la France et gagne largement 3000€ par mois.
Et ces derniers temps, je me suis pas mal mis la pression pour essayer d'y ressembler. Alors je ne sais pas comment se déroule votre quotidien, mais pour moi, c'est un peu compliqué de correspondre à ce modèle imaginaire ... Dans une journée-type qui se passe bien, je mène le mari au travail et le grand à la crèche, puis de 9h à 13h j'alterne entre ranger/préparer les repas/faire les courses/faire le ménage/lancer et étendre les lessives/jouer avec Albane. Bien sûr, ça varie suivant les jours, je ne fais pas tout ça en 4 heures. Ensuite vient le moment béni de la sieste (qui est enfin à peu près fixe maintenant), où j'ai 1h30 voire 2h dans l'idéal pour travailler pour mon entreprise. Ensuite, je continue les tâches sus-nommées, on goûte puis on part chercher les hommes de la maison. S'en suit le moment plus speed de la journée avec la préparation du repas, le bain, le repas, le coucher, et à 20h30 les enfants dorment. C'est donc le moment du dilemme entre passer du temps avec mon mari chéri ou travailler pour mon entreprise ... (et en rédigeant cet article, je suis tombée sur celui des Fabuleuses au foyer, tout à fait dans mon questionnement !).


J'ai l'impression de cumuler deux boulots à plein temps, celui de mère au foyer MAIS en même temps d'entrepreneur avec obligation de résultats ... J'ai conscience que c'est principalement une pression que je me mets moi-même.
Mon mari étant ingénieur et salarié, nous avons largement de quoi vivre avec son seul salaire (même si nous sommes dans les revenus classés très modestes) car nous dépensons peu. Du coup, je n'ai pas une obligation d'entrée d'argent pour qu'on puisse manger tous les mois. Je n'ai pas besoin d'être indépendante financièrement, car nos comptes sont communs, et j'avoue n'avoir aucun souci avec le fait que ce soit mon mari qui apporte l'argent pour toute la famille. Je ne me sens pas du tout vivre à ses dépends, car nous sommes dans une relation équilibrée où nous partageons les rôles. Et en ce moment, j'ai à cœur de m'occuper plus précisément de nos enfants. Je ne sais pas si c'est bien clair, et je me doute bien que vous ne partagez pas toutes et tous le même avis, mais voilà comme nous fonctionnons. Honnêtement, je ne me soucie pas de la retraite, car d'une part nous gardons de l'argent de côté, et d'autre part la retraite n'existera certainement plus dans 30 ans.

Alors pourquoi autant de pression de rentabilité ?
Je crois que j'ai envie de faire partie de celles qui réussissent. Parce que l'argent que je gagne est un indicateur de la réussite de mon entreprise. Sauf qu'en fait, je crois que ce n'est pas la bonne façon de voir. Si j'arrive à gagner 1000€/mois mais que je suis exténuée, que je cours après le temps, que je pense toujours à mon boulot, est-ce que ça vaut le coup ? Certaines diront que oui, moi je dis que non, pour moi. C'est un peu comme la nourriture en fait : je préfère la qualité à la quantité. Je préfère des journées apaisées et peu d'argent, que des journées folles et "beaucoup" d'argent. Je suis en travail sur moi-même pour m'éloigner de ma pensée culturelle "la réussite passe par l'argent".
Est-ce que je ne rêve pas également de gloire ? De reconnaissance ? Ça serait tellement valorisant d'être reconnue partout en France, voire à l'étranger, de faire des stages dans divers lieux, de produire des bijoux ou tableaux qui deviendraient presque célèbres, d'entendre parler de moi dans les journaux. Mais je me rends compte que même si sur le coup, ça peut apporter de la fierté pour moi ou pour mes enfants, ce n'est pas ce qui reste au final.
Je souhaite plutôt passer plus de temps dans les relations, pour que notre mariage soit durable et joyeux, avec plein d'amour. Je préfère être plus douce et plus impliquée dans la vie de mes enfants.


En fait cet article m'a fait réfléchir à qui je suis et qui je veux être pour ma famille, et je vais parler ici de quelle mère je souhaite être pour mes enfants. J'essaie d'imaginer leur ressenti, en m'appuyant sur ce que j'ai vécu en ayant la chance d'avoir une maman au foyer.

J'imagine que la santé de mes enfants sera meilleure si je leur donne mon lait longtemps, si je leur prépare des plats que je cuisine moi-même, si on récolte nos fruits et légumes et qu'on mange notre propre pain.
J'imagine que mes enfants se souviendront des temps de jeux ensemble, des poules dans le jardin, de la douceur du temps qui passe en famille, des histoires sous la couette, des constructions dans la véranda.
J'imagine que mes enfants seront influencés par mon comportement, si je suis heureuse dans mon quotidien, si je chante en balayant, si je me sens à ma place et que je ne me plains pas.
J'imagine que mes enfants seront ouverts à l'art, à la cuisine, à la musique, parce qu'on aura souvent créé ensemble, qu'on aura appris les uns des autres, qu'on se sera aidés mutuellement.
J'imagine que mes enfants se souviendront des copains qu'on invite, des balades entre amis, des temps de qualité avec nos familles.
J'imagine aussi que nous serons des exemples avec mon mari, qu'ils verront un amour qui dure, un amour qui aura valu des sacrifices et des remises en question, mais un amour qui grandit et qui est stable.


C'est vrai que mes enfants pourraient être fiers de ma réussite sociale, que je sois une super-maman et super-entrepreneur à la fois, mais à quel prix ?
Peut-être que je ne suis pas assez organisée, pas assez combattante ou acharnée du travail, mais j'avoue que mes journées sont déjà énormément remplies. Alors je ne souhaite pas me mettre une pression supplémentaire, faire garder mes enfants 6 jours/7 et partir tous les weekends sur les marchés. Si j'ai quitté le monde de la médecine, ce n'est pas pour bosser 80h/semaine et en plus gagner 10 fois moins. J'aime mon métier de créatrice et chef d'entreprise, mais personnellement je préfère accorder plus de temps à ma famille. C'est mon moyen de les aimer :)

En fait avec le recul, je vois que je traverse différentes phases : parfois je veux accorder énormément de temps à ma famille, puis parfois j'ai envie de passer plus de temps à travailler. Et ces phases vont et viennent, cycliquement. Parce que c'est un équilibre difficile à trouver, que je ne pense pas encore avoir atteint. Les enfants grandissent vite, et notre mariage a besoin d'être consolidé aussi : ce ne sont pas des choses que je souhaite remettre à plus tard.

Je voulais également rebondir sur la fameuse question de "Combien coûte un bébé ?", sans entrer dans le débat de ce que les bébés peuvent nous apporter ou même coûter moralement et physiquement. Je veux apporter notre expérience du point de vue financier, qui n'est pas vraiment habituelle.
En fait, je m'aperçois qu'on est très normés par la culture de notre pays. Donc il faut prévoir le lait artificiel, les couches, la chambre de meubles neufs et design, avec les décos murales assorties, la poussette dernier cri, les jouets et livres à la fois sobres et intelligents, les habits modernes des magasins, les petits pots de purée, le parc, le transat ...
S'il y a bien une chose que nous avons appris avec l'arrivée de nos enfants, c'est que TOUT peut être remis en question. C'est à la fois fatigant de devoir réfléchir souvent, mais aussi intéressant et gratifiant de découvrir qu'il y a d'autres manières de faire. Et d'autres manières qui sont assez opposées car plutôt dans un courant de slow-consommation, une consommation douce et réduite si vous voulez. Donc en fait, un mode de vie qui coûte vraiment, vraiment moins cher que ce à quoi on peut s'attendre.


Si l'on reprend tous ces points de choses "essentielles", voici comment nous l'avons vécu en pratique. J'aborde essentiellement le côté financier et j'essaie de ne pas m'éloigner sur les sujets écologiques/éthiques même s'ils nous tiennent à cœur.

 - nous ne sommes jamais allés dans un magasin de puériculture, et j'ai acheté un seul pyjama neuf pour chacun de mes enfants (car ils étaient assortis et que c'était trop mignon). Je ne dis pas que je ne trouve pas les petits habits trop beaux, car les rares fois où je vais dans des magasins d'habits, tout me fait envie, mais je ne souhaite rien acheter car je pense aux coûts humain et écologique qui se cachent insidieusement derrière. En Ressourcerie ou à Emmaüs, on trouve des merveilles (entre 0,50 et 1€), des habits de marque, peu portés, en très bon état.

- nous n'avons jamais acheté de lait artificiel : nos deux enfants ont été exclusivement allaités jusqu'à 6 mois, où nous avons commencé à introduire des aliments en complément des tétées. L'allaitement de Nathan s'est poursuivi jusqu'à ses 20 mois. Par la suite, nous ne lui avons pas donné de biberon car nous n'en voyons pas l'intérêt, il déjeune de pain et confiture avec une tisane ou un jus de fruit. Je précise qu'il a d'autres apports laitiers qui sont largement suffisants. Albane a 15 mois et est toujours allaitée. Et pourtant, sachez que j'ai vécu deux allaitements compliqués, j'ai à peu près testé tous les petits et gros soucis possibles, j'ai pleuré, j'ai serré les dents, j'ai parfois hurlé mais ça n'a jamais duré longtemps, et c'était si peu par rapport à tout ce que ça nous a apporté ! L'allaitement est possible pour 99% des femmes, on entend malheureusement énormément de choses fausses sur l'allaitement, mais il existe des consultantes en lactation qui sauront vous donner les clés nécessaires (comme Etiennette Noalhyt, lien non sponsorisé).

- nous n'avons jamais acheté de petits pots de purée ou compote : j'ai découvert la DME (Diversification Menée par l'Enfant) lors de ma première grossesse, qui consiste à faire découvrir les aliments à l'enfant sous leur vraie forme. Nos enfants ont goûté fruits et légumes entiers, cuits ou crus, et très tôt ont mangé les mêmes repas que nous (10 mois pour Nathan et 8 mois pour Albane). Donc pas de frais de ce côté-là, sans parler du gain de temps car je n'ai pas eu besoin de préparer des repas différents pour les bébés. Ils mangent plutôt bien et varié, même si ça fait des phases. Si vous voulez vous renseigner en profondeur sur le sujet : Diversification Alimentaire.


- nous avons beaucoup porté nos bébés : nous avons acheté notre première poussette (à 5€ sur un vide-grenier) quand Nathan avait à peu près 18 mois. Jusque-là, nous avons fonctionné uniquement en écharpe/porte-bébé physiologique, mais étant enceinte, ça devenait plus compliqué pour moi de le porter lui + le sac de provisions au marché ! Je ne me souviens pas une seule fois avoir regretté de ne pas avoir de poussette. Nous avions une nacelle d'occasion qui a servi de lit à nos bébés jusqu'à leurs 6 mois, puis ils ont eu un lit à barreaux classique (pour le coup, nous avons testé le cododo et le matelas par terre mais ça n'a pas fonctionné donc nous sommes plutôt traditionnels de ce côté). Une écharpe de porte ou un porte-bébé (je vous déconseille de les acheter en magasin de puériculture, ils sont réellement anti-physiologiques) coûte cher, entre 80 et 150€, ce qui est un investissement en plus du cours de portage qui me paraît indispensable. Mais si on compare au prix d'une poussette neuve, entre 400 et 800€ pour du moyen de gamme, ça vaut le coup ...

- nous avons acheté 4 paquets de couches jetables. Pour nos deux enfants. Et encore, parce que notre dernière a depuis quelques mois des phases de fesses rouges et que nous lui en mettons la nuit. Mais sinon, nous fonctionnons uniquement aux couches lavables, trouvées d'occasion sur Le bon coin ... Je pense que si j'ai déboursé 300€ au total, ça sera déjà beaucoup ! On nous fait croire que c'est indispensable de passer par la case "je dépense 370€/an en moyenne pour acheter des couches jetables". En plus, je préfère passer un peu de temps à laver des couches, même si c'est un peu contraignant, que de m'engouffrer dans ce qui est à mes yeux une catastrophe écologique. Nous pratiquons également l'HNI (hygiène naturelle infantile), qui en très résumé est un accompagnement du bébé pour faire ses besoins quand il en a envie ... Et qui du coup évite de salir et donc de laver un bon nombre de couches ;) Les lingettes jetables n'ont jamais mis le pied chez nous, nous utilisons des lingettes lavables ou de simples gants de toilette qui sont parfaits. Je fabrique du liniment avec juste de l'huile d'olive et de l'eau de chaux, ce qui revient à 3 fois moins cher que du liniment acheté.


- nous n'avons pas acheté le pack complet de la chambre parfaite de bébé, parce que nous n'en avions pas réellement besoin. Et aussi parce que nous n'avions pas envie de faire dormir notre bébé dans un environnement de COV (composés organiques volatiles) issus du traitement des meubles. Les chambres de nos enfants sont un peu dépareillées, pas du tout épinglables sur Pinterest, mais ça tombe bien car ça nous convient ! Une commode nous sert de table à langer, le lit est celui de mes frères et sœur, il y a une caisse de livres et une autre de jouets. Et ça nous suffit, car en fait nous passons beaucoup de temps dans la pièce de vie.

- nous achetons beaucoup d'occasion : j'aime énormément lire, et c'est une chose que je souhaite transmettre. Je suis ravie de constater que Nathan est sur la même voie, et j'avoue que je me fais plaisir en achetant des livres d'occasion très régulièrement. J'ai commandé quelques ouvrages en librairie, car impossibles à trouver ailleurs, et je suis très contente de l'avoir fait car Nathan les a beaucoup aimés. Nous avons aussi un abonnement à la bibliothèque. Je trouve beaucoup de jeux et jouets en Ressourcerie, et mes parents en font aussi quelques uns. On se fabrique quelques activités ludiques (coup de cœur sur le riz coloré à transvaser), et on demande aussi des jeux de bonne qualité lors des Noëls ou anniversaires. N'ayant pas la télé et pratiquant le zéro écran avant 3 ans, nos enfants ne sont pas soumis aux diktats de la mode des dessins animés et ne réclament rien pour le moment.

Je reconnais cependant que nous avons eu le privilège de récupérer énormément de choses de mes parents (nacelle, lit, chaise haute, lit pliant entre autres), mais qui sont aisément trouvables sur Le bon coin à petit prix. Des amis nous donnent également de temps en temps des jouets ou du matériel, ça nous apprend à savoir recevoir et aussi à donner à d'autres par la suite. Je trouve que c'est une chouette valeur !
Un autre point important à mes yeux est que faire ces changements prend du temps, car il faut renouveler ses habitudes, se renseigner, comparer, tester.
Certaines choses prennent plus de temps à faire qu'une éducation classique, mais c'est juste incomparable par rapport au confort, aux bienfaits, à l'éthique et aussi au budget qui s'en trouvent améliorés !


Je veux également apporter une notion apprise lors de mes études de médecine, et qui me semble importante : la fertilité féminine commence à décroître à partir de 25 ans. Je ne dis pas du tout ça pour une quelconque forme de pression ou de chantage, mais c'est un fait établi qu'il faut entendre. Il y a beaucoup de couples qui rencontrent des difficultés à avoir un enfant, et parfois l'âge peut être un frein.

Pour conclure cet article très long, il est important que vous soyez épanouie là où vous êtes. Si vous voulez à tout prix être mère au foyer mais que vous vous apercevez que ça ne vous convient pas, c'est le moment de faire des compromis ... car je suis sûre que vos enfants préféreront une maman heureuse plutôt que frustrée ! Et le raisonnement s'applique également dans l'autre sens, si vous avez l'impression de courir tout le temps pour pouvoir jongler entre vie familiale et vie professionnelle et que ça ne vous convient pas ... Alors vous pouvez réfléchir à des solutions moins stressantes.
Je suis consciente que ce que j'écris est difficilement applicable pour des mamans solos, mais je veux parler de ce que je connais. Je redis bien entendu qu'il s'agit d'un point de vue et non de la vérité :)

Pour moi, mon ressenti en ce moment est que ma réalisation de moi-même ne passe pas par la réussite de mon entreprise, ni par mes enfants d'ailleurs, mais par l'amour que je peux apporter et le temps que je peux donner. Et il se trouve en l’occurrence qu'en ce moment, ma famille a particulièrement besoin que je sois présente et en bonne forme mentale. C'est un cadeau important que je veux leur faire ! Donc je lève un peu le pied, tant pis si je suis moins régulière sur les réseaux et dans ma production. Chaque chose en son temps :)


Je vous invite à réagir dans les commentaires, partagez vos astuces d'organisation ou votre propre expérience avec nous !

(Les photos estampillées sont d'Alexandre Bienfait, réalisées en famille l'été dernier)

Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 10 avril 2018

Les nouveaux bijoux 2018 !

Comment ça, nous sommes en Avril ? L'année est déjà bien commencée, mais j'ai déjà présenté quelques nouveautés dans les précédents articles.

Peut-être avez-vous reçu un mail ou vu passer l'information sur Facebook : mon entreprise vient de passer un nouveau pallier ... Le 1000ème produit mis en ligne sur mon site !

Alors pour fêter ça, je vous offre 15% de réduction sur l'ensemble du site www.lesbijouxdelois.fr avec le code HAPPY1000 (et non le jeu de mot n'est pas volontaire hihi) !


Je suis vraiment heureuse car malgré les hauts et les bas, les doutes et les victoires, les enfants ;) mon entreprise répond toujours présent pour vendre des produits réalisés de manière artisanale et locale !

Je vous montre donc les derniers bijoux mis en ligne sur le site (et encore, vous n'imaginez pas tout ce qui est en cours et attend d'être poncé/vernis/poli/monté/pris en photo) ...

  





 Vous pouvez accéder à ces bijoux en cliquant directement dessus. C'est le moment d'en profiter pour faire des cadeaux d'anniversaire ou de fête des mères !

Ces bijoux sont très colorés, mais une nouvelle collection plus douce arrive bientôt ... A suivre !

Merci pour tous vos gentils mots qui me remplissent d'amour, merci de me lire même si vous ne me le faites pas forcément savoir, merci pour votre soutien et votre enthousiasme !

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 6 avril 2018

Stage polymère avec Jana Honnerova ... 2 !

Oui oui oui, je sais que j'ai publié tout récemment les photos du stage fait avec Jana en Octobre 2017 ... Vous avez donc l'impression que j'enchaîne les deux (ce qui n'est pas totalement faux non plus).
Comme vous aviez pu le lire, j'ai adoré ce stage, j'y ai pensé pendant des jours et des jours, la passion de Jana pour la polymère n'y étant pas pour rien. Quand j'ai su qu'elle revenait au printemps chez Sophie au Patio Bleu ... Je me suis inscrite tout de suite !


J'y suis allée sans ma famille cette fois, mais bien accompagnée quand même de mon amie Amélie  de Bleuetclaymentine, et Catherine de Catpediem nous a rejoint pour le trajet. Nous sommes descendues en TGV et c'était beaucoup plus agréable qu'en voiture ! Nous avons pris un petit repas sympathique avec les personnes qui étaient arrivées le vendredi soir, c'était vraiment chouette de revoir Jana et les copains/copines !
Lors des stages ou rencontres de polymère, on parle énormément de ce fabuleux matériau, mais aussi des artistes nationaux ou internationaux et ... c'est un cercle vicieux car ça donne envie de faire encore et encore des stages ! Je trouve ça très agréable de parler de mon métier avec des personnes qui connaissent les tenants et les aboutissants et tout ce qui s'est fait ou se fait.

On avait trop hâte d'être le samedi matin ... Mais le grand jour est enfin arrivé !


Jana juste avant de commencer, toujours pétillante et passionnée :


Et c'est parti :


On a été bien concentrés et appliqués pour suivre les conseils et directives de notre prof, et petit à petit, nos perles ont pris forme :


Je suis plutôt satisfaite de mon choix de couleurs (très ressemblant à celui de Jana haha j'avoue), mais étrangement l'ensemble rend plutôt gris-vert alors que je suis partie sur du turquoise et du chocolat !

Je ne résiste pas à l'envie de vous montrer deux bracelets réalisés par Jana :



Ses réalisations sont tellement abouties, précises et bien finies, c'est vraiment un modèle pour moi !


Ce que j'aime lors de ces stages, c'est qu'en général les profs ne sont pas avares d'astuces en tout genre, surtout pour les finitions et le montage, et des choses auxquelles je n'aurais pas du tout pensé !

Comme d'habitude (on dirait une grande habituée haha alors que pas du tout), nous sommes allés nous reposer le cerveau au resto le samedi soir ...


Voici une partie de nos réalisations du week-end :



J'ai testé un format plus petit pour des boucles d'oreilles, sans chocolat mais avec du doré :


Il ne me reste plus qu'à leur faire une jolie semelle et à les monter !


Merci beaucoup à l'entreprise Nemravka.com qui nous a offert ce set de découpe, c'est vraiment très pratique, il aura sa place dans mon atelier.


Et pour terminer, mes plaques dont je vais faire un bracelet ... Il est en cours alors j'espère vous le montrer bientôt !

Une petite photo-souvenir avec mon amie Jana, que j'espère revoir à La Crau l'année prochaine ;)


Ce fut encore une fois une magnifique expérience, j'ai fait de belles rencontres, on a énormément discuté, bref une pause bien appréciée ! Merci beaucoup pour tout Jana et Sophie !

Et pour finir, je vous montre les perles du stage passé enfin montées ;) il était temps, non ?


Je ne suis pas satisfaite du montage final qui est un peu trop imposant à mon goût, à réfléchir autrement pour les prochains. Mais les perles sont d'une légèreté, un vrai régal !


La broche est faite à partir de restes et totalement copiée sur Jana, je l'avoue ! J'adore cette forme !

Je vous souhaite une belle journée, à bientôt ... Merci d'avance pour vos petits mots !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 20 mars 2018

Challenge Ethnique

De temps en temps, ça m'arrive, je participe à des défis organisés par des groupes autour de la polymère. J'aime le principe des thèmes imposés car ça m'oblige vraiment à sortir de mes habitudes ! Malheureusement, j'ai rarement le temps de m'y mettre avant la date limite ... Mais une fois n'est pas coutume, j'ai produit quelque chose !!


Le challenge de ce mois-ci sur le groupe CréationFimo était les tissus ethniques, avec interdiction d'utiliser les silkscreens (gloups, c'est la première idée qui m'est venue).
Quand j'ai vu les merveilles qu'il y a sur Pinterest, j'ai créé mon propre tableau, les couleurs sont très inspirantes !! Je vous le partage : https://www.pinterest.fr/lesbijouxdelois/challenge-tissu-ethnique/

J'ai décidé de travailler deux couleurs que je n'associe jamais : le bleu et le jaune. Je me suis inspirée de cette image :


Ce motif et ces couleurs sont fabuleux ! N'est-ce pas ?
Je suis donc partie dans l'idée de faire une imitation wax.

J'ai commencé par découper des empreintes dans une plaque jaune, que j'ai comblées avec du bleu marine et du bleu ciel :


Je me suis demandé comment découper cette plaque ... Je ne voulais pas que ce soit avec un emporte-pièce trop petit, car ça aurait vraiment nui au motif. J'ai donc découpé deux grands rectangles.

J'ai ensuite sorti ma toute nouvelle texture de Christi Friesen (cf mon futur article sur ma commande Polystudio), je l'ai encrée et appliquée sur l'un des deux rectangles. Grosse déception car l'encre n'a pas fait un motif net, j'ai alors tout repassé au Posca noir. Ensuite, j'ai repris un peu les motifs du tissu que je vous ai montré plus haut, toujours aux Posca noir et blanc. J'ai laissé sécher puis j'ai fait une semelle.


J'ai eu une illumination pour le montage (qui n'est pas vraiment mon fort habituellement) : j'ai simplement extrudé de la pâte jaune et bleu marine en longs filaments, que j'ai réunis avec des attaches noires en polymère. (je précise que l'idée ne vient sûrement pas de moi, j'avais dû voir ça quelque part et mon cerveau l'a enregistré).
C'est la première fois que je fais ça, et je suis ravie du résultat ! Il faut que je peaufine mon système d'attache mais sinon c'est original et parfaitement accordé.


Je suis juste déçue car la première encre que j'avais appliqué ne doit pas être de bonne qualité et a bavé à la sortie du four, bouhouhou ... Impossible de rattraper le coup ! Mais comme j'ai un deuxième rectangle qui attend d'être exploité, je vais pouvoir améliorer tout ça :)

Vous avez même le droit à une photo du collier porté :



Mon mari trouve qu'on dirait un mini-tableau ! Ce collier paraît gros mais en fait une fois porté, il n'est pas si imposant. J'ai vraiment aimé toute cette recherche et ce travail, qui ont abouti à quelque chose de vraiment nouveau pour moi !


Vous pouvez aller voir toutes les autres réalisations sur ce thème directement sur Parole de Pâte.
N'hésitez pas à me laisser un petit mot, j'aime lire vos retours !
Bonne journée et à bientôt ...

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 14 février 2018

En ce moment dans l'atelier #2

Oups, il me semble que l'une de mes résolutions était de poster plus souvent des articles ... On va dire qu'il reste encore 11 mois dans l'année pour y arriver !

Si vous ne l'avez pas lu, voici le précédent article de cette série : En ce moment dans l'atelier #1.
Depuis, il y a eu beaucoup de changements. Je suis en ce moment dans un atelier temporaire alias le petit bureau dans notre chambre :


Donc ça c'était la photo de départ, mais il faut quand même que vous voyez l'état actuel des choses, soyons honnêtes :


N'ayant aucun rangement, je me sens vraiment toute coincée ... Voilà bientôt 2 mois que nous sommes ici, j'avoue que j'ai de plus en plus hâte d'avoir mon atelier à moi ! Sauf que ce n'est pas pour tout de suite ...


Je ne peux pas avoir plusieurs projets en cours, habituellement j'aime avoir plusieurs espaces pour créer, bloguer, vernir ou poncer, envoyer les commandes, prendre des photos. Bref, comme je faisais auparavant :) Je suis consciente que je ne pourrais jamais tout faire en même temps dans cette pièce mais je suis sûre que je peux quand même optimiser l'espace !

En ce moment, je travaille sur 2 défis pour moi :

Finaliser mes bijoux en cours :
Je croule sous les bijoux non terminés, (et encore je ne parle même pas de ceux que j'ai abandonné car je ne les aimais pas), c'est difficile pour moi (quand j'ai du temps) de ne pas créer ...
Mais on est d'accord qu'avoir ses tiroirs remplis de choses à terminer, ça ne fait malheureusement pas rentrer d'argent (sinon je serais riche haha). Donc il faut que je prenne sur moi et consacre davantage de temps au ponçage/polissage/vernissage/montage/mise en ligne ... Toussa toussa ! Et c'est un boulot monstre :)

Je viens de mettre en ligne plein de nouveautés faites pour Noël :






Explorer une technique à fond pour l'enseigner en atelier :
Du coup je n'ai pas énormément de choses à vous montrer car je préfère ne pas tout dévoiler, mais je fais des expérimentations que vous pouvez suivre en direct sur Instagram !


J'ai regardé un tuto de Ludmila l'autre jour, qui m'a inspiré pour faire ces jolies rayures. J'ai utilisé mes souvenirs pour faire cette plaque, et au lieu de garder le résultat en colombin, je l'ai aplati.
Il faut que je me force à faire du relief, car ça donne du pep's aux créations, mais j'avoue que j'ai du mal ! J'aime ce qui est parfaitement lisse et plat ... Je vais me faire soigner (ainsi que pour mon addiction aux silkscreens, hum).


Une prochaine collection à venir, en crème et bordeaux ...


Le mois de Février est plus calme que celui de Janvier, où j'ai envoyé un nombre de commandes ahurissant ! Vous avez été très nombreuses à venir faire des achats lors de la vente Facebook, je vous en remercie ... C'était très encourageant !


Et puis en ce moment, je suis peu dans l'atelier vu que nous sommes en train de retaper une maison ... Et je me suis découvert une passion de rempotage de succulentes, qu'on fait en famille ! (les pots se sont multipliés par 3 depuis cette photo, oups).


Comme ça, j'aurai de quoi décorer mon atelier, que j'aimerais très verdoyant :)

Voilà un peu pour les nouvelles, et pour finir je voudrais vous partager un article de mon amie Manon, que j'ai trouvé très pertinent (et que j'aurais pu écrire moi-même !) "La vie est difficile ?".
Je vous souhaite une belle journée, n'hésitez pas à me laisser un petit mot !

Rendez-vous sur Hellocoton !